Olise, c’est terminé

Michael Olise a choisi de porter les couleurs de l’équipe de France. Un choix qui met fin aux espoirs de voir l’Algérie s’attacher les services de l’attaquant. Malgré ses origines algériennes par sa mère et les discussions engagées avec la Fédération algérienne de football (FAF), le joueur de Crystal Palace a opté pour la sélection tricolore.

Né à Londres et éligible pour représenter quatre nations (Angleterre, France, Algérie, Nigeria), Michael Olise avait rapidement attiré l’attention des différentes fédérations. Ses qualités, ses statistiques et sa progression fulgurante en Premier League en avaient fait une cible de choix, notamment pour l’Algérie, qui ambitionnait de se renforcer avec des joueurs binationaux de qualité.

Malgré les efforts de la FAF, c’est finalement l’équipe de France qui a remporté la mise. La perspective d’évoluer aux côtés de stars mondiales et de participer à des compétitions majeures comme la Coupe du Monde et l’Euro a sans doute pesé dans la balance. La convocation d’Olise par Thierry Henry pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 avec l’équipe Espoir tricolore a également pu jouer un rôle dans sa décision.

Olise voulait l’équipe de France

Il faut dire que la décision de Michael Olise de jouer pour la France plutôt que pour l’Algérie est une déception pour les supporters algériens. Malgré les efforts de la FAF pour convaincre le joueur, les préférences personnelles et les perspectives de carrière ont joué un rôle déterminant. C’est ce qu’a indiqué d’ailleurs Thierry Henry lors d’une conférence de presse : « On sait très bien qu’il a pas mal de possibilités. Son envie de montrer qu’il a envie de jouer avec l’équipe de France, il faut le souligner.»

Par ailleurs, le choix d’Olise illustre les difficultés rencontrées par l’Algérie dans sa quête de recruter des joueurs binationaux. La nouvelle stratégie de la FAF, visant à identifier et enrôler de jeunes talents avant qu’ils ne s’imposent sur la scène internationale, semble pour l’instant rencontrer des obstacles. Si la fédération a réussi à s’attacher les services de certains joueurs comme Gouiri et Ait Nouri, le cas d’Olise a douché les espoirs des Algériens.