Échec total pour Gouiri, les raisons dévoilées

Amine Gouiri  a suscité de grands espoirs lors de ses débuts avec l’équipe nationale algérienne en octobre 2023. Cependant, après huit mois et 4 matchs sous le maillot vert et blanc, son bilan reste mitigé.

Malgré son potentiel indéniable, Amine Gouiri peine à s’imposer comme un élément clé avec l’équipe d’Algérie. La première apparition de Gouiri avec les Fennecs, lors d’un match contre le Cap-Vert en octobre 2023, a été loin de répondre aux attentes. S’ensuivirent trois apparitions supplémentaires, dont une seule ponctuée d’un but contre la Bolivie. Le joueur a déclaré forfait pour la CAN 2024, en raison d’un blessure.

Ce bilan modeste a rapidement suscité des interrogations parmi les supporters et les observateurs, qui espéraient voir le prodige du stade Rennais s’exprimer pleinement au sein des Fennecs. D’autant plus que la trêve internationale de juin 2024 n’a pas permis à Gouiri de dissiper les doutes.

Titulaire contre la Guinée, il a livré une prestation insipide, manquant d’impact et de tranchant. Sa performance décevante l’a relégué sur le banc lors du match suivant face à l’Ouganda. Cette contre-performance a été largement commentée par la presse algérienne, qui n’a pas manqué de souligner la déception générale autour de son rendement.

Les 3 raisons de l’échec de Gouiri

L’une des raisons avancées pour expliquer les difficultés de Gouiri est la pression immense qui pèse sur ses épaules. Son arrivée en équipe nationale a été accompagnée d’une grande effervescence, nourrissant des attentes élevées. Ce poids psychologique pourrait entraver sa capacité à jouer libéré, comme il le fait au Stade Rennais en Ligue 1.

Autre raison : le nouvel entraîneur de l’Algérie, Vladimir Petković, peine peut-être à exploiter pleinement les qualités de Gouiri. L’adaptation à un nouveau système de jeu et à des schémas tactiques différents de ceux qu’il connaît en club nécessite du temps. Une utilisation inadéquate de ses compétences pourrait expliquer ses performances en demi-teinte.

Enfin, l’adaptation aux conditions climatiques en Afrique constitue également un défi pour Gouiri. Jouer dans des environnements parfois extrêmes, loin des conditions européennes auxquelles il est habitué, peut affecter ses performances. Cette barrière physique et mentale est un obstacle supplémentaire à surmonter pour le joueur.