A la découverte de Jennifer Bouchenna, Losc Féminines

0
420
DZBallon a été à la dcouverte d’une jeune Franco-Algérienne qui évolue cette saison au Losc en d2. Jennifer Bouchenna, nous dévoile dans cet entretien,son parcours mais aussi ses ambitions pour le futur.
DZB: Salut Jennifer peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
J.B: Bonjour, Je m’appelle Jennifer Bouchenna, j’ai 24 ans je suis née à Condé-sur-Escaut. Je joue en D2 au LOSC et bien évidemment j’ai des origines algériennes venant du côté paternel
DZB: Quel est ton parcours footballistique ?
J.B: J’ai démarré le foot à l’âge de 13 ans au stade fresnois avec les garçons. J’ai ensuite intégré l’équipe féminine du VAFC pour quelques mois, malheureusement, celle-ci a été dissoute après avoir assurée la montée en D3 (nationale) donc à partir de cette période j’ai enchaîné quelques clubs tels que Leers OS (D2), Henin Beaumont (D1/D3), puis j’ai signé au FCF Arras, j’y ai vécu la montée en D1 et jouais pendant 4 saisons. Maintenant depuis 2 saisons je joue au LOSC en D2. J’ai connu également différentes compétitions grâce au Pôle Espoir de Liévin (Championnat de France UNSS, Championnat du monde UNSS, etc…)
DZB: À quel poste joues-tu ?
J.B: Alors c’est toujours une question à laquelle j’ai du mal à répondre car j’ai joué à plusieurs postes dans tous les clubs que j’ai pu faire mais au LOSC je suis sur le côté droit
DZB: Comment le football est devenu ta passion ?
J.B: Je me suis fait influencer par les copains, à la récréation c’était toujours au football au menu et j’ai fini par y prendre goût. Je suis née d’un père et d’une mère judokas tout d’eux ceinture noire, ma première passion fut donc le judo que j’ai pratiqué très longuement pendant 11/12 ans. C’était compliqué d’avoir un père comme coach j’ai donc fini par faire le choix de poursuivre mon aventure sportive dans le football. Mais dans ma famille il y a comme une tradition celle d’obtenir la ceinture noire de judo et je compte bien la suivre car parfois le judo me manque je l’avoue
DZB: Quels sont tes objectifs en club ?puis personnels ?
J.B: Pour cette saison nous avons l’ambition d’aller chercher les premières places de notre groupe de D2. Le staff a bien recruté, nous avons un groupe bien étoffé et travailleur donc si on s’en donne les moyens et que nous continuons à toutes tirer dans le même sens l’objectif peut-être rempli je pense ! Personnellement, comme pour chaque saison il va falloir que je fasse mes preuves car tout le monde est au même niveau, les compteurs ont été remis à zéro. Il faut donc que je travaille et prouve que j’ai ma place dans le 11 de départ. Ensuite continuer à prendre du plaisir et être performante tout en conciliant mes études.
DZB: Est-il facile de concilier étude et football à un bon niveau ?
J.B: Je dirai que c’est juste une question d’organisation. Il faut accepter parfois de ne pas être à 100% tout le temps à l’entraînement dû à la fatigue accumulée par exemple. Et si le staff est au courant, compréhensif et joue le jeu alors allier les études et le football a bon niveau est possible.
DZB: Quelles sont tes qualités et tes défauts dans le jeu ?
J.B: Et bien commençons par parler de mes défauts malgré que je joue sur le côté droit je ne suis pas une joueuse avec une vitesse de pointe, ni à l’aise du mauvais pied et j’avoue que je suis aussi parfois un peu râleuse. Je compense donc tous ces petits inconvénients par mon aisance balle au pieds, mon hargne et mon placement (intelligence de jeu)
DZB: Serais-tu intéressée par la sélection Algérienne?
J.B: Toute joueuse de football rêve d’un jour de porter les couleurs de l’équipe nationale et de vivre des moments uniques qu’on vit qu’une seule fois dans sa vie. Maintenant pour ma part si cela avait dû arriver j’aurai été contente d’avoir eu cette chance de vivre de tels moment, mais j’ai toujours été une personne qui faisait passer ses études avant le sport c’est mon choix et je l’ai toujours assumé
DZB: Quel est ton modèle chez les hommes ?puis chez les féminines ?
J.B: Je pense que Zizou est un joueur qui nous a tous fait beaucoup vibrer par son talent, son intelligence de jeu, par ses gestes techniques et j’en passe. Chez les filles, celle qui m’impressionne par sa qualité de dribble et vitesse c’est la brésilienne Marta, elle tire son équipe nationale vers le haut.JEN
DZB: Dans quel grand club rêverais-tu de jouer?
Comme je l’ai dis précédemment mes études sont l’une de mes priorités mais je dirai en France l’Olympique Lyonnais, à l’étranger Les Thorns FC de Portland
DZB: Serais-tu intéressée par une carrière à l’étranger ?si oui dans quel pays et quel club ?
J.B: Pas forcément mais si ma carrière professionnelle me le permet, pourquoi pas aller voir ce qui se passe du côté des USA et ayant de la famille là bas j’aurai un pied à terre. Dans quel club ? Comme je l’ai dis juste au dessus Les Thorns FC de Portland.
 Mais je suis bien en France
DZB: As-tu un message ou une dédicace pour nos lecteurs ?
J.B: Si des joueuses lisent et bien je leur conseillerai de penser à « l’après carrière » le plus tôt possible et cela passe par ne pas négliger ses études. Et je finirai par un dicton que j’aime beaucoup qui dit :  » Il n’y a que que dans le dictionnaire que le mot « Réussite » passe avant le mot « Travail »  » À bientôt !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here