Ferhat reçoit les éloges de Bougherra et de Courbis

0
312

L’international algérien du Havre AC crève l’écran en France et s’installe en tête des passeurs décisifs de la Ligue 2.

Ferhat a offert, vendredi soir, sa 19e passe décisive cette saison permettant à Matela de marquer le but de la victoire contre Niort (0-1) en match de la 37e journée. Les coéquipiers de Ferhat nourrissent toujours le rêve de l’accession s’ils arrivent à gagner le week-end prochain contre Tours en match de la 38e et ultime journée de la Ligue 2. Une cinquième place qui permettrait aux Havrais de jouer les barrages. En attendant, les performances de l’ancienne coqueluche de l’USM Alger ne laissent personne indifférent, la presse particulièrement. Le Magazine France Football lui réserve un article des plus élogieux qualifiant l’ancienne pépite usmiste de ‘’caviar à l’algérienne’’. Son coéquipier en sélection nationale, Carl Medjani, ne maquera pas, dans les colonnes de FF, de faire les louanges de Ferhat. «C’est un joueur qui a de vraies qualités physiques. Il est rapide et endurant à la fois. Autre élément, lors de nos stages ou de nos matches en sélection, j’ai remarqué qu’il avait une belle détente. Il répète les efforts. Techniquement, c’est un joueur propre qui joue juste, évidemment avec une qualité de passe au-dessus de la moyenne. Il est intelligent, il ne va pas chercher à régaler par des roulettes ou des passements de jambes. Il va jouer simple, et ça c’est très important.» Et d’ajouter : «Je trouve déjà que d’avoir fait le choix de partir d’Algérie, et de venir en L2, cela a été très courageux de sa part. Aujourd’hui, il doit être très satisfait. La saison qu’il réussit valide ce départ de l’USM Alger où il était dans une situation confortable. Il a décidé de se mettre en danger, et c’est comme cela qu’on avance.» L’ancien défenseur rugueux des Verts, Madjid Bougherra, s’inscrit dans la même logique que Medjani. «Je l’ai vu en stage une ou deux fois avec nous. C’est un gamin très gentil. Il s’est fait discret, et il a travaillé. Ce qui m’a surpris la première fois que je l’ai vu, c’est son gabarit et son physique. Par rapport à d’autres joueurs en Algérie, il avait un corps d’athlète un peu à la Cristiano, très affûté et gainé. Pour moi, c’était un indice, cela voulait dire qu’il avait compris que son corps était son outil de travail. A ce moment-là, je savais qu’il avait commencé à se faire un nom en Algérie, notamment sous la direction de Rolland Courbis. C’était un espoir, et là il confirme en L2 avec 19 passes décisives. C’est magnifique !», dira Bougherra qui se projette sur un avenir radieux du jeune Ferhat. «La L2, c’est le tremplin parfait pour se former tactiquement et acquérir la mentalité d’un joueur professionnel. J’espère que le HAC va monter, sinon, il doit passer un cap, il en a les moyens.

Courbis : «Un contre-attaquant né»

Son ancien entraîneur à l’USM Alger, Rolland Courbis, le voyait déjà une ‘’étoile’’ dans le ciel de la planète football. S’exprimant sur FF, le technicien français estime : «C’est un contre-attaquant né. Je l’avais repositionné à ce poste ou alors comme relayeur dans un 3-5-2Footballistiquement, il a un intérêt à faire ce choix. Il faut qu’il comprenne que ce n’est pas seulement pour défendre, mais pour partir avec plus d’élan et faire la différence avec ses qualités. J’ai fait pareil avec d’autres joueurs par le passé (Candela, Pavon, Grenet…).


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here