FAF: Première réunion du Bureau Fédéral demain

0
100

L’ère Zetchi commencera effectivement aujourd’hui, à l’occasion de la première réunion du bureau fédéral élu le 20 mars dernier. Plusieurs dossiers chauds attendent le successeur de Mohamed Raouraoua dans les hautes sphères du football algérien et ses assistants.

Evidemment, le désormais ex-patron du PAC a déjà fixé les priorités sur lesquelles il va sûrement se pencher au cours de ce premier conclave avec les membres de son bureau fédéral. La désignation d’un nouveau sélectionneur national est une urgence dans la mesure où l’équipe nationale va bientôt renouer avec la compétition officielle (reprise des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, début des éliminatoires de la CAN 2019), alors qu’il n’y a plus de sélectionneur à la tête des Verts.

Zetchi a lui-même fait savoir, après son élection, qu’il était pressé de trancher ce dossier avec ses pairs. Il sait d’ailleurs pertinemment que l’équipe nationale est la vitrine du football algérien, et sa réussite personnelle dans sa nouvelle mission y dépend. Le président sortant l’a du reste appris à ses dépens, puisque sa cote a sensiblement chuté suite au parcours décevant des Verts lors de la précédente CAN.

Cependant, les observateurs sont unanimes à conseiller le nouveau président de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et se précipiter à recruter un sélectionneur sans la consultation de la structure toute indiquée pour ce type de choix, à savoir la direction technique nationale.

Du coup, l’installation d’une DTN solide devient une priorité. Jusque-là, c’est le nom de l’ancien sélectionneur national, Rabah Saadane, qui revient le plus dans les coulisses de la FAF. La DTN, pour reprendre les propos de Zetchi lui-même, est la colonne vertébrale de la fédération sur laquelle reposera toute la pyramide technique. L’aspect technique relève de ses prérogatives exclusives. Nulle autre partie ne doit la supplanter dans tous les volets techniques.

Un autre dossier ‘’brûlant’’ attend la nouvelle équipe dirigeante du sport roi en Algérie, à savoir l’arbitrage. Longtemps laissé sujet à polémiques, ce secteur devra être rebâti de nouveau. Zetchi avait, par ailleurs, annoncé la couleur au sujet du dossier du professionnalisme, un mode de gestion qui tarde à décoller en Algérie, malgré ses sept années d’existence.

Les nouveaux locataires de l’auguste maison de Dely Brahim comptent encourager la Ligue de football professionnel à mettre en place la commission de contrôle et de gestion des clubs pros. Il est inconcevable que des clubs, ou plus exactement des sociétés sportives par actions (SSPA), régies par le code de commerce, continuent d’exercer leurs activités alors qu’elles sont en faillite sur le plan financier. La réactivation de la DNCG devrait aider les clubs à équilibrer leurs comptes.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here