La FAF et Zetchi cherche un moyen de virer Rabah Madjer

0
724

Malheureusement, Rabah Madjer ne convaint plus personne. Bien qu’il ait essayé de redorer son image et promette  » des surprises » pour le prochain match de juin, son message ne passe plus désormais. Il semblerait même qu’il ait consommé le peu de crédit qu’il avait aussi bien auprès du public, qui dans sa majorité ne l’a pas cautionné, mais aussi de la FAF qui cherche désespérément le moyen de s’en séparer à l’amiable. Reste à trouver comment. Et le plus tôt sera le mieux.

S’il est vrai qu’en public, Kheireddine Zetchi et Rabah Madjer s’affichent côte à côte, genre ami-ami, comme lors de la cérémonie organisée par l’ambassade d’Autriche à Alger en hommage aux anciens joueurs de l’équipe du FLN, il n’en demeure pas moins qu’en privé, le président de la FAF ne supporte plus la présence de l’homme à la célèbre talonnade à la tête des Verts. « On va droit dans le mur ! » a-t-il déclaré à ses proches, récemment. Pour Zetchi et ses plus proches collaborateurs, l’urgence du moment est d’opérer un changement à la tête de l’EN avant qu’il ne soit trop tard. Ce dernier souhaite en effet remplacer Madjer dans les plus brefs délais pour pouvoir aborder les éliminatoires de la CAN-2019 avec un nouveau sélectionneur et un nouveau projet.

En effet, après un an à la tête de la FAF, Zetchi a gagné en expérience mais aussi et surtout appris de ses erreurs. Il sait pertinemment qu’avec Madjer, l’EN ne risque pas d’aller loin et cherche désespérément le moyen de s’en séparer sans pour autant aller au clash. Certains vont se demander ce qu’attend le premier responsable du football algérien pour passer à l’action. Question légitime. Sauf qu’il faut savoir que la nomination de Rabah Madjer a été imposée de fait à la FAF par le pouvoir central. Du coup, le président de la FAF, qui a pourtant montré de l’audace et une certaine fermeté face à Mohamed Raouraoua lors de l’AGO de la FAF le mois dernier, a les mains liées dans le dossier Madjer.

Zetchi à ses proches : « On va droit dans le mur ! »

Du coup, un changement à la tête des Verts, pourtant vital, est tributaire aujourd’hui de deux facteurs : Primo, Rabah Madjer décide de partir de son propre chef et dans ce cas il rendra service à toute une nation. Deuxio, ceux qui l’ont nommé décideront de le limoger sous la pression de la rue. Au jour d’aujourd’hui, on est plus proche de cette deuxième hypothèse sachant, d’une part, que l’homme imbu de sa personne, se projette d’ores et déjà dans les phases finales de la CAN-2019 et n’entend pas démissionner en dépit de « l’opposition » de la rue. Et d’autre part, parce que des personnalités publiques à l’image du « très populaire » et non moins opposant à Madjer, Hafid Derradji ont appelé carrément les supporters de l’EN à se soulever contre le sélectionneur national. Une telle action pourrait, en effet, précipiter le départ de l’homme qui s’est rendu plus populaire par ses sorties médiatiques loufoques que par son boulot efficace à la tête de l’EN. La réaction du public du 5 Juillet lors de la réception du Cap-Vert le 1er juin prochain s’annonce particulièrement chaude !

la gazette du fennec


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here