Zetchi et son amateurisme peuvent-ils sauver les verts?

0
546

A peine une année après son installation à la tête de la fédération Algérienne de football, Kheireddine Zetchi est son équipe avouent leur échec. C’est d’ailleurs ce qu’il a déclaré juste après le limogeage de l’ancien sélectionneur national Rabah Madjer. « J’avoue que nous avons échoué », a-t-il déclaré juste à sa sortie de la réunion du bureau fédéral le mois dernier.

Madjer faisait son boulot le plus normalement du monde. Certes, il est critiquable, mais un entraîneur local ne mérite-t-il pas d’avoir une chance de s’épanouir ?  Est-il normal de demander, voir d’exiger à Rabah Madjer de battre le Portugal de Christiano Ronaldo à Lisbonne ? Madjer a perdu 3 à zéro, et la sentence est tombée.

Mais ce qu’il y a lieu de signaler, c’est que Zetchi n’a pas agit de son plein gré. Il a en effet cédé à la pression de la rue. La rue a demandé de limoger Madjer, et c’est chose faite. Zetchi a cédé en effet à la volonté des supporters, de la rue et des médias. « Le peuple a voulu la tête de Madjer », a lâché le ministre de la Jeunesse et des sports, Mohamed Hattab.

Tiens donc ! Le responsable du football national ne peut pas donc décider, imposer ou même gérer, puisque c’est la rue qui lui dicte ses choix. Lors des matchs amicaux qu’a joués l’équipe nationale sous la houlette de Madjer, le public ne cessait de l’insulter et d’acclamer le nom de…Halilhodziç.

Donc même le retour de Halilhodziç est dicté par la rue, le public des verts et les médias. Qu’a-t-il donc fait pour mériter tout ce désir ? Oui, il fait une bonne coupe du monde. Le mérite revient à qui ? Aux joueurs qui se sont métamorphosés en coupe du monde et ont fourni une prestation de premier ordre. D’ailleurs le bosniaque lui-même le reconnait.

A se rappeler que le probable futur sélectionneur des verts a échoué lors de la CAN 2013. Il n’a pas pu franchir le cap du premier tour. Malgré cela, les responsables et les supporters lui ont donné un sursis, à lui, mais pas à Madjer.

A rappeler que la fédération allemande de football a annoncé sa décision de maintenir en poste le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw. Malgré la sortie inattendue et prématurée de l’équipe nationale allemande de la coupe du monde, les responsables du ffotball allemand décident et imposent leur choix contre la volonté du peuple qui voulait la tête de Low.

Son employeur, le président de la DFB Reinhard Grindel, avait déclaré à la presse : « Ce n’est pas la rue ou les supporters qui vont me dicter mes choix. J’occupe ce poste car je peux distinguer la bonne et la mauvaise décision. Les supporters agissent avec sentiments et c’est normal, ils aiment leur pays, mais c’est la DFB qui décide, nous n’allons pas céder à la rue ». Voila une déclaration de bon sens, de responsabilité et de rigueur.

En Algérie, Madjer est limogé par la rue, Vahid est imposé par la rue. Les responsables du football n’ont qu’à chercher alors d’autres occupations puisqu’ils ne servent pas à grand-chose dans cet échiquier… ! A bon entendeur ! Taisez-vous.

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here