Belmadi a fait son choix pour remplacer Brahimi ?

0
438

C’est désormais une certitude, Yacine Brahimi n’est pas concerné par le déplacement de l’Équipe Nationale au Togo. Arrivé blessé, l’ailier gauche des Verts a été libéré ce mercredi par le staff technique national. Pour parer à cette défection, Djamel Belmadi compte jouer la carte…Youcef Belaïli. Le récent Champion d’Afrique des clubs avec l’ES Tunis est pressenti pour occuper le flanc gauche face aux Éperviers !

Djamel Belmadi a laissé entendre, mardi déjà, qu’il ne comptait pas sur Yacine Brahimi au Togo. La blessure du joueur du FC Porto conjuguée à la piètre qualité de la pelouse du Stade Municipal de Lomé ont fait que le sélectionneur national a sorti de ses plans le numéro 8 des Verts décevant au Bénin en octobre dernier. Présent lors des deux premiers jours de stage, l’ancien Rennais a fini par quitter Alger pour regagner Porto où il devra soigner une blessure dont la nature reste encore inconnue. Il semblerait que le sélectionneur des Verts est parti d’entrée avec l’idée de jouer la carte Youcef Belaïli, fraichement sacré champion d’Afrique avec l’Espérance de Tunis.

Désireux de relancer un joueur au talent indéniable, Belmadi miserait en effet sur l’expérience africaine de l’ancien joueur de l’USM Alger et attend de lui qu’il apporte de la fougue et de la puissance à la ligne offensive des Verts, dimanche à Lomé. D’après ce qu’il ressort des séances de mise en place de lundi et mardi, l’Oranais est bien parti pour être titulaire sur le flanc gauche de l’attaque algérienne.

Une combinaison révélatrice : à droite Mahrez (en rose) et appel de balle sur l’aile gauche de Belaïli (en rose aussi)

Il est vrai que les choses peuvent évoluer d’ici à dimanche, mais au jour d’aujourd’hui, Youcef Belaïli (26 ans) se positionne comme un candidat en puissance pour le poste d’ailier gauche en lieu et place de Brahimi. La puissance athlétique du joueur formé au MC Oran et son expérience en terre africaine le donne favori devant l’étoile montante Adam Ounas (22 ans) qui devrait se contenter d’un rôle de joker pour dynamiter la défense adverse selon l’évolution de la rencontre. Entre un joueur revanchard qui a tout à prouver et une pépite qui a encore tout l’avenir devant lui, le sélectionneur national devrait arrêter son choix ce jeudi avant le départ pour Lomé.

Adulé ou détesté, le parcours de Youcef Belaïli force tout de même un certain respect. Pour un joueur qui est resté deux ans sans jouer (suspension), pour finalement signer en Europe, revenir par la grande porte en Tunisie, remporter le championnat et la Ligue des champions d’Afrique et enfin retrouver l’Équipe Nationale dans la peau d’un joueur important, cela relève tout simplement du miracle. Pourvu que ce miracle dure…

la gazette du fennec


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here