Selon dzfoot, Said Benrahma s’est livré sur le compte Twitter Gaffer sur son parcours qu’il a débuté notamment en Algérie Il est, en effet, né à Aïn Temouchent le 10 août 1995 : «J’ai passé de très bons moments en Algérie, où j’ai vécu jusqu’à l’âge de 12 ans. J’ai du partir en France rejoindre ma mère par la suite. Je suis le plus jeune d’une fratrie de six soeurs et un grand frère, donc j’ai toujours été le chouchou! Ma famille m’a toujours donné beaucoup d’amour.»

 

Lorsqu’il s’agit de football, le joueur de West Ham se livre là encore avec plaisir : «J’ai découvert le football tout seul. Je jouais dans la rue et mon père, paix à son âme, croyait en moi comme personne. En Algérie, à mon époque, il était rare de voir la famille d’un joueur emmener le joueur à l’entraînement, le ramener à la maison ensuite etc… Mon père, lui, le faisait. Il me laissait prendre du plaisir. Même quand je faisais de mauvaises choses, il savait m’expliquer avec une grande douceur mes erreurs, et je comprenais rapidement.»

Pour autant, et s’il se savait doué, Saïd Benrahma n’a pas toujours cru en ses chances de devenir footballeur professionnel «Je ne pensais pas devenir professionnel. Jusqu’à mes 18 ans et ma signature à Nice, je ne pensais pas y arriver. Même à Nice, finalement, je doutais! Si je me suis toujours bien débrouillé, que je savais avoir des capacités et être un bon joueur, je ne pensais absolument pas arriver en Premier League. Je crois que j’avais peur de tenter, parce que je savais faire les choses mais j’étais bridé. C’est à mon arrivée à Châteauroux que j’ai pris . »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here