Nogues (coach du PAC) : «Je n’ai dit que de belles choses sur Attal aux responsables du Bétis»

Rien de tout ce qui est en train d’arriver à Attal en cette fin de saison ne serait arrivé s’il n’avait pas un entraîneur espagnol.

José Maria Nogues, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a permis au jeune joueur de progresser et d’arriver en un temps record à séjourner au CTN avec les Mahrez, Feghouli et autres Brahimi, voire même de jouer avec eux et leur voler la vedette.

Nogues, qui a aidé Zetchi à recruter Alcaraz pour la sélection, est en passe de lui faire réussir son premier gros transfert d’un des éléments de son académie vers l’Espagne.

Après lui avoir montré la voie pour des essais en Andalousie, maintenant il est sollicité aussi par les medias locaux qui s’intéressent de plus en plus de ce vent venu de l’autre rive de la Méditerranée.

Premier coach espagnol à exercer en Algérie, Nogues n’est pas allé par 36 milles chemins pour encenser son poulain, il s’exprimait sur estadiodeportivo.com. «C’est un joueur avec une grosse marge de progression, ce que j’en retiens, c’est sa grande capacité d’anticipation, il lit très bien le jeu de l’adversaire, il résiste et il est bien concentré. D’ailleurs, j’aimerais bien l’avoir pour une nouvelle année dans mon effectif, d’autant plus qu’il joue sur les deux côtés.»

Nogues continue d’exposer les points forts du joueur, pour lui c’est le genre d’éléments qu’on peut utiliser lorsqu’on veut attaquer sans peur à l’extérieur. «A l’extérieur par exemple, vous pouvez mettre plus d’attaquants, Vous aurez plus de travail et vous serez sûrs d’avoir un bon retour et de bons centres.»

«J’ai encouragé Alcaraz à le lancer»

Le Bétis a pris le soin de demander des détails sur le joueur, Nogues s’est porté volontaire, il a encensé son poulain. «Buenaventura m’a appelé, j’entretiens de bonnes relations avec lui, alors je lui ai parlé du joueur, idem pour le responsable Torrecilla, c’est tout ce que je sais, je ne sais rien des négociations.»

Nogues a tenu à rappeler que le joueur s’est pas mal tenu avec les Verts, preuve selon lui qu’il s’agit d’un joueur auquel on peut faire confiance, il dit aussi avoir encouragé Alcaraz aussi a le sélectionner. «N’oubliez pas qu’il a joué 2 matches avec l’Algérie et ce n’est pas rien, quant à la pression, il vit dans un pays qui respire le foot, c’est omniprésent dans leur vie, il doit être préparé, de ce côté-là il n’y a aucun souci», a-t-il rassuré.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Poster un commentaire